AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

La Sirène chantera pour toi (pv Lucas Desdaings)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: 
Archive du Forum
 :: Rp Terminés
Invité
Invité
MessageSujet: La Sirène chantera pour toi (pv Lucas Desdaings) Dim 10 Mai - 23:27



La Sirène chantera pour toi

Shaïra Kenning ft. Lucas Desdaings


Une tornade brune passa sous ses yeux, un éclat rouge venant passer devant elle à son tour. Shaïra leva les yeux au ciel, accélérant le pas. Mais l'instant d'après, la tornade repassait devant elle, tournoyant encore et encore. Où était donc Symond ? Ne pouvait-il donc pas s'occuper lui-même de son épouse ? Par chance, ils n'étaient pas encore mariés, et il restait peut-être encore un espoir de briser leur couple. Elle n'en pouvait plus de cette Myrienne qui se croyait tout permis. Celle-ci s'arrêta d'ailleurs brusquement, se retournant avec autant de grâce qu'une paysanne et autant de légèreté qu'un cheval de trait pour se saisir des mains de l'Ouestienne, qui laissa un soupir exaspéré franchir la barrière de ses lèvres. Son regard se fit dur.

-C'est si merveilleux, ici ! Ne trouves-tu pas ? Tu as tant de chance de vivre ici, à la capitale ! On ne s'amuse pas autant à Kayce ! Ici, tout est extraordinaire, tout est plus grand... Cette robe rouge que Symond m'a achetée à notre arrivée à Port-Réal est si belle ! Regarde donc ces voiles ! Et sur l'épaule, juste là, il a fait coudre le blason des Kenning. Te rends-tu compte ? Bientôt je serai Taena Kenning, et plus Taena de Myr ! C'est formidable ! Nous serons belles-sœurs, la vie est si belle, si douce... Je suis si heureuse d'être là avec toi ! Cette balade dans les jardins est des plus revigorantes, et je m'amuse comme une folle ! Elle rit doucement. Et dis-moi Shaï, as-tu remarqué que...
-Nous arrivons, Symond sera là dans à peine une minute.

Shaïra n'en revenait toujours pas. Taena débitait un nombre incalculable de mots et de stupidités à la minute. Elle la trouvait parfaitement bête et inutile, complètement ignorante de la vie et du monde qui les entourait, insouciante au possible. Elle se réjouissait d'un rien, s'extasiait devant tout... Gared aurait pu la faire taire aisément, mais il n'en faisait rien : il observait la lente chute de l'héritier de Kayce avec un sourire mauvais au coin des lèvres, attendant que leur père ne le mette en face de ses responsabilités en lui laissant un choix difficile : son héritage ou sa femme.

Laissant la jeune femme des Cités Libres s'asseoir au bord de la fontaine pour attendre son époux, l'Astre des Mers s'enfonça à nouveau dans les sentiers qui parcouraient en tous sens les jardins du Donjon Rouge. Elle y croisa d'ailleurs Symond, suivi de près par Gared. Le premier ne lui accorda pas un regard -il fallait dire qu'elle lui avait réservé un accueil glacial lors de son arrivée à la capitale- tandis que le second s'arrêta, toujours un sourire aux lèvres. Il plongea son regard brun dans celui de sa sœur. Elle haussa un sourcil.

-Je ne savais pas que tu aimais te balader dans les jardins.
-Parce que je n'aime pas ça. Il haussa les épaules. Je viens juste observer notre cher frère en train de s'écraser lamentablement par terre parce qu'il aime une femme qui le conduit à sa perte. Et son héritage sera bientôt mien, vois-tu.

Elle se fendit d'un sourire narquois, puis après avoir levé les yeux au ciel, commença à s'éloigner. Elle se retourna cependant au bout d'un mètre ou deux, demandant à Gared où se trouvait Lymond. Sa réponse arracha un soupir de plus à la blonde ; en effet, il avait prévu d'aller « explorer les bordels de la capitale ». A vrai dire, ça ne l'étonnait qu'à moitié. Lymond avait toujours aimé les femmes, leur compagnie... Puis, les Kenning de Kayce étaient riches, alors il pouvait bien se permettre quelques folies ! C'est du moins ce que lui se disait, et Shaïra s'en fichait, à vrai dire. Avec le temps passé à la Cour auprès de Cersei et si proche des intrigues et du jeu des trônes, elle s'y plaisait désormais bien plus que chez elle. Désormais, chez elle était aux côtés de Cersei, à la capitale. Plus vraiment à Kayce.

Perdue dans ses pensées, elle continua de marcher tranquillement dans les jardins, cherchant de quoi s'occuper, quelqu'un à qui parler, ou un homme à charmer... Puis elle vit quelqu'un de connu.
Elle ne se souvenait plus de son nom, ni de sa provenance. Mais elle était sûre de l'avoir déjà vu quelque part. Oui, oui, il lui disait quelque chose ! A mesure qu'elle s'avançait vers lui, un sourire léger aux lèvres, l’œil brillant de mille pensées et idées, elle se dit que c'était certainement l'un des plus beaux hommes qu'elle ait pu voir et connaître -et elle avait vu et connu nombre d'hommes-, mais elle n'était pas prête de l'admettre. Seule Cersei pourrait être au courant de ce qu'elle pensait des autres, puisqu'elle avait pris l'habitude de se confier à elle. Alors qu'elle n'était plus qu'à quelques mètres seulement de lui, son nom lui revint. Ser Lucas Desdaings.

Elle se souvenait très bien de lui, un homme charmant, galant, qui avait une certaine réputation et qui avait porté ses couleurs lors d'un tournoi. Il l'avait gagné. Bien évidemment, quel homme oserait porter ses couleurs pour ensuite perdre ? Elle jugeait cela impossible, même impensable, aussi sûre d'elle qu'elle l'était. Elle se détourna de lui, faisant mine d'admirer la beauté des fleurs et de ne pas l'avoir vu. Puis au bout de longues secondes, tenant une rose à la blancheur parfaite entre ses mains, elle battit légèrement des cils, un sourire au coin des lèvres et un regard enjôleur le fixant intensément. Elle s'avança ainsi vers lui.

-Messire, ne nous sommes-nous donc pas déjà vus ? Elle fit mine de réfléchir et, le regardant dans les yeux, elle souffla. Ser Lucas Desdaings, est-ce bien cela ? C'est un plaisir de vous revoir. Elle baissa un instant les yeux, pour les relever l'instant d'après. Lady Shaïra Kenning de Kayce, j'ose espérer que vous ne m'avez pas oubliée.

Disant cela, son sourire s'était fait plus grand et elle s'était légèrement inclinée. L'oublier ? C'était impossible ! Elle marquait les mémoires, le savait mieux que quiconque. Personne ne pouvait l'oublier, tout le monde devait se souvenir d'elle, de ses cheveux d'or pâle, de son regard de glace, de qui elle tenait le nom et le surnom. Tout ce qui se disait sur elle, sa beauté, son intelligence, sa douceur, la confortait dans son narcissisme : elle était persuadée d'être ce qui se rapprochait le plus de la perfection. Après tout, sa réputation n'était pas celle d'une sirène ou d'une ensorceleuse pour rien ; on disait que d'un simple regard, elle pouvait faire taire un homme trop sûr de lui, que d'une caresse elle pouvait le rendre fou d'elle, que d'un baiser, elle pouvait le faire sien.
Mythe ou réalité ? Elle-même n'en savait que trop rien. Elle savait juste que ces surnoms qu'on lui donnait lui convenaient parfaitement. Pourtant, elle n'était pas une sirène. Non, mieux que cela, elle était le soleil de Kayce, la relève de l'Astre des Mers.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La Sirène chantera pour toi (pv Lucas Desdaings) Lun 11 Mai - 10:46

   
La Sirène chantera pour toi
Shaïra Kenning & Lucas Desdaings

Musique thème
Elle ne voulait pas qu’il la quitte d’une semelle mais l’hériter Desdaings souhaitait plus que tout sa liberté. Comme un bon cheval sauvage, il refusait la selle et les brides, il se voulait galopant dans des millénaires d’espace. Mais il n’avait le droit. Il devait rester bien sagement au côté de la vipère du Conflans, écouter ses mots pleins de poison alors qu’elle le guidait à travers les rues sinueuses du Donjon rouge, semblant connaitre aussi bien que Varys les dédales obscures de la capitale. Mais Lucas n’était pas dupe. Il se méfiait des anneaux du serpent comme de l’eau qui dort, sachant qu’elle était prête à tout pour lui comme il l’était pour elle. Mais il devait avoir sa liberté. Il avait vingt-quatre ans et n’était plus un enfant. Il avait suffisamment souffert des quolibets dans son enfance alors que les enfants du Conflans le traitaient de fillette. Ils ne pouvaient comprendre. Aujourd’hui, la haine roulait dans le cœur de l’étalon noir. Et la vengeance criait justice.Mais patience. Il était fils d'un étalon et d'une vipère et avait apprit de l'animal au sang froid que le temps lui offrirait justice. Qu'un jour, il planterait son épée dans la poitrine de l'un de ses héritiers stupides.

Elyn avait rendez-vous avec il ne savait quelle assemblée de noble et lui se retrouvait enfin seul. Lyra voulait l’accompagner mais elle fut obligée de se plier aux exigences de sa mère et la demoiselle baissa sagement la tête alors que le fils lui jetait un regard triste. Les harnachements ne saillaient pas aux chevaux sauvages. Et pourtant ils étaient bien obligés de les vêtir, de se cacher derrière des masques. Lyra n'était pas bonne à ce jeu des dupes, bien trop honnête pour se prêter à de telle futilité. Elle ressemblait trop à leur père de par son caractère. Lucas pensait à ses années bénites, avant la guerre, où il pouvait vivre comme bon lui semblait, sans cette étiquette qui lui collait à la peau. Fils héritier. Une vaste blague. Beaumarché serait bientôt un vaste champ de ruine. Le Conflans était la région la plus touchée par la guerre et ce n’était pas ses imbéciles de Tully qui allaient les aider.

Dans les jardins, Lucas laissait ses pensées fuirent loin des murs du Donjon Rouge. Elles avaient bien plus de liberté que lui. Constamment en danger, il avait peur pour sa mère et sa sœur. Pour lui ? Peut lui importait qu’il succombe s’il protégeait les gens qu’il aimait. S’il avait bien hérité de quelque chose de son père, c’était bien cette seule peur pour les siens. Elyn et Lyra n’étaient pas en sécurité entre ses murs. Mais en ses temps troublés, où pouvaient-elles être en sécurité ? Le jeune homme continuait sa marche, passant une main inquiète sur cette barbe de trois jours taillée avec soin, bien loin de celle qu’il pouvait aborder quand il courrait les routes. L’étalon noir était impeccablement vêtu, de cette chemise bleu nuit armée de son blason personnel, ouverte sur ses pectoraux, son épée pendant à sa droite, ses longs cheveux plus courts qu’habituellement, le dessin des boucles qui se formaient lentement reposant jusqu’à sa nuque. Il ressemblait par trop à sa génitrice.  Mais ce qui marquait le plus dans ce visage aux traits un peu trop fin, c’était ses prunelles d’acier qui se faisaient charmeuse dès qu’elles croisaient le doux regard d’une femme. S’il trouvait une épouse… Il serait peut-être enfin débarrassé de la vipère, se perdant dans les anneaux d’une autre.

Et voici justement l’autre serpent qui se cachait sous les traits d’une colombe qui s’approchait de lui. Il reconnut Shaïra Kenning  sans même avoir besoin de chercher plus loin dans ses pensées. Il l’avait couronné reine d’amour et de beauté alors qu’il avait gagné un tournois en portant ses couleurs. L’adrénaline des tournois lui manquait. Cette force qui n’avait que comme répercussion si elle n’était assez puissante la défaite. Dans les guerres, c’était la mort. Et Lucas préférait une simple chute de cheval à cette triste amie qu’était la mort. Si cette dernière accompagnait la vie, ramassant ses déchets, il n’était pas prêt. Il n’avait pas assez vu pour s’offrir à elle. Mais pour l’heure, la vision qui lui faisait face était digne du paradis. Shaïra était belle, terriblement belle et elle en jouait à merveille. Mais Lucas connaissait ce genre de femme pour avoir été élevé par l’une d’elle et se méfiait.

Un sourire vient donc étirer les lèvres du brun, jouant avec la demoiselle comme elle jouait avec lui, alors qu’il ne la lâchait pas des yeux, s’inclinant devant elle. Jamais je ne pourrais oublier telle beauté Lady Shaira. Il lui souriait de nouveau, se perdant à moitié dans les si belles prunelles. Lucas connaissait ce jeu auquel il se prêtait. Charmer, sans jamais dépasser la ligne si fine entre la courtoisie et la grossièreté, entre la politesse et la goujaterie et entre la délicatesse et l’impertinence. Il était allé à la bonne école, il avait apprit du meilleur maitre. Vous êtes venue à la cour pour le mariage de notre roi ? demanda-t-il, le regard un charmeur de celui qui connait le pouvoir qu’il exerce sur les femmes.

   
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La Sirène chantera pour toi (pv Lucas Desdaings) Sam 16 Mai - 23:26



La Sirène chantera pour toi

Shaïra Kenning ft. Lucas Desdaings


Oublier une telle beauté était impossible, il avait raison. Elle eut un sourire flatté, baissant doucement les yeux comme s'il s'agissait là d'un trop grand honneur pour elle. Pourtant, ce compliment ne faisait que flatter son ego, mais sans vraiment lui suffire. Inclinant la tête, passant une main dans ses cheveux et ramenant une mèche blonde derrière son oreille, elle afficha un sourire enjôleur, caché derrière un masque de douceur extrême. Faisant doucement tourner la rose aux pétales presque aussi blancs que sa peau entre ses doigts, elle la porta à son visage un instant. En humant l'odeur, elle laissa un instant ses lèvres caresser les pétales, tout en plongeant son regard de glace dans celui, plus foncé mais tout aussi profond, du jeune homme.

Ses mouvements étaient lents et fluides, légers, son sourire séducteur et son regard intense. Sensuelle, voilà ce qu'elle était à l'instant présent.

-Votre compliment me va droit au cœur, messire. Mais... En suis-je digne ?, demanda-t-elle en rougissant et en baissant les yeux.

La question que lui posa Lucas fit s'élargir le sourire de Shaïra. Si elle était à la Cour pour le mariage à venir de Joffrey et d'un catin du Bief, non. Pas vraiment. Elle avait hâte d'y assister, à vrai dire, pas parce qu'elle souhaitait être bien vue du nouveau couple royal, mais parce qu'elle appréciait les festivités et qu'il s'agissait là d'une excellente occasion pour se montrer et trouver un prétendant des plus intéressants.
A vingt ans, il était réellement temps pour elle de se marier. Une femme comme elle ne pouvait pas finir vieille et seule, ou septa, ou sœur du silence. C'était tout bonnement impossible. Elle était bien trop belle pour cela.

-Je suis à la Cour depuis trois ans déjà, puisque je suis une dame d'atour de la Reine Cersei Lannister, sourit-elle. Mais oui, je serai au mariage qui liera définitivement le Bief à la Couronne. Ce sera une joie immense pour tout le Royaume. A sa mine enjouée, son regard pétillant et ses pommettes légèrement colorées, elle semblait réellement heureuse. Il fallait dire qu'elle était une excellente actrice. Pourtant, son sourire se fit plus mince, elle parut plus douce, presque timide. J'imagine votre déception. L'un des meilleurs partis du Royaume semble vous filer entre les doigts. Elle haussa légèrement les épaules et reprit, mielleuse comme jamais. Je suis certaine que vous trouverez un tout aussi bon parti.

Elle cligna des yeux, et une pensée lui traversa l'esprit. Lui ? Non... Ou peut-être... Elle voulait être à la tête d'une région, être supérieure aux autres d'une façon ou d'une autre. Puis, elle qui était si désireuse et même avide de puissance, de richesse et de supériorité... se contenterait-elle d'un vassal ? Elle aurait peut-être dû épouser le nain. Mais Cersei l'aurait-elle permis ? Elle l'ignorait. Elle aurait aussi pu épouser le jeune loup du Nord, mais elle n'aurait pas supporté de trahir sa lionne de confidente et de plus proche amie à cause d'une stupide rébellion. Robert Arryn était aussi une possibilité, mais elle ne voulait pas de lui, Lysa n'aurait sans doute pas non plus voulu d'elle. On disait aussi que Renly Baratheon n'aimait pas les femmes, et maintenant qu'il était mort mystérieusement, alors Shaïra se demandait s'il n'était pas faible. Il y avait aussi Edmure Tully, mais il était marié à une Frey et avait osé suivre Robb Stark dans sa misérable rébellion. Il restait Willos Tyrell... Malgré son infirmité, il ferait un bon parti. Mais une fois de plus, Cersei accepterait-elle, sachant qu'il était le frère de la catin du Bief qui allait épouser son fils ? Certainement pas. Shaïra allait finir par désespérer. Elle manqua de soupirer, mais ne le fit finalement pas. Comment allait-elle trouver un époux à la hauteur de ses ambitions et de ses espoirs ?
Un rire désagréable, de l'autre côté de la grande haie qui bordait le chemin, la tira de ses pensées. Elle tourna doucement la tête, son sourire restant pourtant accroché à ses lèvres. Elle regarda alors Lucas dans les yeux, passant d'un pas léger à côté de lui en effleurant son épaule du bout des doigts.

-Viendriez-vous marcher avec moi ? Je me sens bien seule aujourd'hui, souffla-t-elle en s'éloignant déjà.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Sirène chantera pour toi (pv Lucas Desdaings)
Revenir en haut Aller en bas
La Sirène chantera pour toi (pv Lucas Desdaings)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lost in the echo - Lucas
» Chapitre N'1 ▲ Song ▲ Meeren [Inscription]
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» LUCAS ☀ Pour séduire les filles, tout peut marcher sauf être un garçon bien.
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A CROWN OF FIRE  :: 
 :: 
Archive du Forum
 :: Rp Terminés
-
Sauter vers: