AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Ciarán ~ hoist the colours high
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: 
Rescensement des civils
 :: 
Recalés en Enfer
Invité
Invité
MessageSujet: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 10:58

Ciarán
Heave ho, thieves and beggars, never shall we die







 Like disguise in angel
Avant d'entrer dans le jeu des trônes j'étais quelqu'un












Moi Ciarán entre dans le jeu des trônes. Je suis âgée de 30 ans, j'ai vu le jour à Braavos en 269. Mon origine sociale est riche, j'exerce la fonction de capitaine de flotte. Mon allégeance va à personne Reconnu pour mes dons de guerrière et de navigatrice.
Je suis célibataire mais je suis attiré par hommes et femmes et donc je suis bisexuelle. On dit que je ressemble à Alycia Debnam-Carey.
D'ailleurs on me reconnaît à mon allure peu féminine. Mais ma beauté légendaire ne m'empêche pas d'avoir un certains caractère : Je suis loyale, débrouillarde, rusée,  agile, courageuse et également autoritaire, sauvage, sanguinaire, têtue, cynique
    (C) Copyright
Always in my mind
Que pense votre esprit des évènements récents ?


Une alliance entre le Nord et la Maison Harloi des Iles de Fer a été signée. Qu'en pensez-vous ?

Je m'intéresse de près à l'évolution de Westeros, Port-Réal principalement puisqu'ils sont principaux nids d'or d’où proviennent les cargos que l’on détourne et pille en mer. Plus généralement l’évolution du continent me regarde aussi pour les contrats marchands « honnêtes » le long de la côte Est. Concernant l’écho de cette alliance entre le Nord et les Iles de fer ne m'a pas surprise. A vrai dire,  je connais bien les Iles de Fer pour y avoir séjourné, je connais leurs motivations. Quand au nord qui ne souhaite pas plier à la pression, j'approuve cela si les Iles de Fer approuvent aussi, car j'entretiens encore de bons rapports avec ces navigateurs même si le chemin jusque là fut semé de nombreuses trahisons. Cela ne me concerne pas, tant qu’ils demeurent. Indirectement la guerre me sera bénéfique et s’ils parviennent à leur but, ça le sera d’autant plus, qu'ils continuent comme ça!  

Une rumeur circule que la Reine a une relation incestueuse avec son frère, y croyez-vous ?

Mon avis sur la question est un subtil mélange d'avis divers. D'un côté, ce qu'ils font avec leurs fesses ne m'intéresse pas. D'un point de vue plus personnel je trouve ça crade mais ça ne m'étonnerait pas dans le fond. Je ne cherche néanmoins pas à savoir si cela est vrai ou pas, tout ce qui m'importe ce sont les séquelles d'une telle annonce et les conflits que cela à engendré. Le désordre que cela entraîne à Westeros affaibli les cohortes. J'ai suivit de près le combat de Stannis Baratheon pour récupérer son dû suite à cet affront de lignée. Car pour cela il a fait appel à Sladhor Saan, un collègue et rival pirate. Il a mis sa flotte à son service pour une belle somme; un choix que je n'aurais jamais fait et qui a mené ses bâtiments à perdre la bataille de la Néra. Même si sa flotte compte encore un bon nombre de navires, ce contrat sera la perte de Sladhor Saan, et l'apogée de mes navires.

La révolte gronde à Dorne, menée par les filles bâtardes d'Oberyn Martell. Est-ce vraiment une menace à prendre au sérieux ? Qu'en pensez-vous et qui soutenez-vous ?

J'écoute les nouvelles de la révolte en aval de cette ci de manière aussi intéressée que détachée. Je ne pense pas que cela soit une menace dans l'immédiat, néanmoins je ne doute pas de leurs motivations et de leurs moyens de faire plier. Elles sont tout à fait capables de frapper très fort mais ne possèdent pas assez d’alliés. C’est ce dernier point qui selon moi décidera de leur cause ou pas. Dorne est une ville où j'ai quelques contrats marchands et où je me rends régulièrement pour observer de près la colère de ces habitants. Je me réserve de donner mon avis, néanmoins si ces dernières ont besoin d'un coup de main, je n'hésiterais pas à m'allier avec. Non pas que leurs buts sont les mêmes que les miens même si j'ai eu l'occasion de croiser Oberyn et que je l'appréciais. Ce serait surtout par caprice et parce que je ne porte pas les Lannisters dans mon cœur.



I'm not an actor
Derrière l'écran c'est Bibi  


J'ai 24 ans et pis j'ai pas mal de temps libre (je travaille je suis plus dans les études ), donc je rp pas mal et je me connecte tous les jours   ! J'ai vite flashé sur le forum j'ai pas résisté longtemps à m'inscrire et voilà voilà

BY .TITANIUMWAY & SELENE



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 10:58





Une histoire de glace et de feu
Voici mon histoire  



C’est le genre d’histoire d’amour qui aurait dû inspirer bon nombre de bardes, d’un capitaine pirate tombant éperdument amoureux d’une femme à la beauté rayonnante qui chaque fin de semaine s’en allait guetter l’horizon à la recherche de voiles sombres annonçant le retour de son tendre aimé. C’était celle qui les avait unis quelques années après, à la vie à la mort et même si celle-ci avait eu bien du mal à se faire accepter, ils vivaient leur amour passionné dans la plus grande tendresse. De cet amour, Aislin avait observé ses courbures s’arrondir quelques mois après leur mariage annonçant la venue d’un enfant désiré et très attendu. Une chose rare, et assez surprenant venant de la part d’un couple aussi atypique que le leur. Domnall n’en perdait pas de crédibilité auprès de son équipage lorsqu’il su qu’il était heureux père d’une petite fille agitée, bien au contraire, cela le rendait sans doute plus humain que tous les autres pirates connus en mer.

Pourtant Domnall était le genre de pirate solitaire, tout ce qui le motivait c’était l’or, la richesse. Jamais il n’avait fait d’Alliance avec de grands ports et crachait sur les grands royaumes. Après s’être uni à Aislin il lui faisait parvenir de l’argent afin qu’ils agrandissent leur maison et qu’elle soit des plus accueillantes pour leur fille. Un nid d’amour construit sur de la corruption et pourtant chaque recoin respirait une sérénité. Ciaràn, grandissait comme une princesse, vêtue de jolies robes et de perles entre les bras de ses deux parents. Domnall ne pouvait rester trop longtemps avec elles, mais il chérissait chaque instant et ne perdait jamais une occasion de raconter à sa fille ses aventures. Sur la côte Nord de Braavos, leur maison s’érigeait fièrement, un cocoon familial qui n’avait rien à envier à personne. Ciaràn ne mesurait pas sa chance, c’était tout juste si elle comprenait les réelles occupations de son père qui derrière ses airs de héros prenait des vies comme bon lui semblait. Ils ne lui cachaient pas ces détails, ils se contentaient de ne pas les lui révéler.

Un soir où il lui raconta comment il avait coulé un navire marchand de Westeros, il lui expliqua en détail ces explosions dont la jeune fille n’avait jamais vu d’images. Et pourtant, il en parlait avec une telle fierté, qu’en fermant les yeux elle avait l’impression de voir ces deux navires sur une mer déchainée. Les rouleaux se brisant contre leurs coques tandis que les canons rythmaient cette symphonie infernale. Le sang n’avait pas sa place dans cette histoire qui avait l’air d’être la meilleure qu’il ait pu lui raconter, Ciaràn n’avait aucun repère de la valeur d’une vie et se contentait d’écouter son papa, les yeux écarquillés en serrant sa poupée contre elle. Il avait réussi a avoir une bonne prise alors que son navire n’était pas aussi armé en pièces que le navire qu’il avait envoyé par le fond. Hélas toute attaque n’est jamais à l’abri de répercussions, car le capitaine qui avait coulé avec ce gros cargo avait un frère pirate et influent au large qui avait bien vite fait d’avoir écho de la mort de son frère et réclamait vengeance.

Il ne faut pas demander à un pirate d’agir de manière diplomatique, le monde dans lequel nous sommes ne laisse pas de place aux simples pourparlers. C’est une véritable chaine alimentaire qui s’est faite où chaque personne qui s’emploie à être bonne et honnête prend le risque de se faire manger par un prédateur. Domnall était désormais dans la ligne de mire d’un sanglant capitaine. Il n’avait pas été chose difficile pour s’en prendre à lui, il n’avait même pas eu besoin de le trouver puisqu’il savait qu’il avait de quoi le faire venir à lui. Au travers de sa longue vue, la maison sur la côte apparaissait comme un gros galion à éventrer jusqu’à ce que l’or coule. Non seulement il allait le priver de ses richesses mais il allait s’en prendre à plus précieux. Le vent avait tourné, plus violent et plus glacial alors que Domnall était parti depuis quelques semaines déjà. Sa femme et sa fille y étaient seules, des proies faciles qu’il n’allait pas se priver de balayer d’un revers de main.
Le vacarme s’empara très vite de la demeure, une vague d’écumeurs des mers brisaient les vitres, pillaient les richesses tandis que le capitaine était parti à la recherche des occupantes. Aislin ayant eu le temps de voir la menace arriver étant donné l’indiscrétion qu’ils s’étaient donné plaisir à avoir avait emmené sa fille dans un couloir où des planches pouvaient être retirées. Un renfoncement s’y cachait, elle força sa fille à s’y mettre et eu tout juste le temps de les remettre en place avant qu’un pirate ne l’attrape par les cheveux. Terrifiée, Ciaràn restait silencieuse, étouffant ses hoquets ainsi que lui avait demandé sa mère. Car cette dernière lui avait promis qu’il ne lui arriverait rien et qu’elle reviendrait la chercher. A 8 ans tout juste, Ciaràn dont l’innocence n’était pas à prouver resta sagement dans sa cachette, le regard posé à l’embrasure des planches dans l’espoir de voir sa mère revenir. Mais le cri de sa mère lui arracha un vif spasme, à vrai dire c’est le genre de douleur qui n’est pas descriptible mais qui laisse une marque indélébile dans la mémoire. Les pirates avaient fini par égorger sa mère après qu’elle leur ait assuré que sa fille n’était pas ici. Bien sûr ils ne la croyaient pas, et ils allaient devoir user d’une autre stratégie pour faire sortir la souris de son trou.

D’abord elle entendit des craquements, puis la fumée se fit épaisse et étouffante, Ciaràn eu de plus en plus de mal à respirer et se raisonna à sortir de la planque. Elle vit alors les flammes dévorer sa maison avec gourmandise. La panique s’empara d’elle et Ciaràn se fraya un chemin avec rapidité jusqu’à l’extérieur. Là, elle fut attrapée comme un vulgaire poisson, avec un filet puant par un des pirates qui montait la garde de part et d’autre de la maison. Les cris stridents de la jeune fille eurent vite effet de les agacer, un coup porté dans la tête et ils l’avaient réduite au silence et ils l’embarquèrent, laissant le feu alerter tout l’océan que Domnall avait vu sa maison profanée. Ciaràn fut jetée aux fers, du moins jusqu’à son réveil, car il était hors de question qu’elle reste sur ce bateau tranquillement dans sa cellule. Et puis le capitaine du navire ne désirait pas la restituer trop vite, il voulait laisser le temps à ce bon vieux Domnall de réfléchir à sa bêtise et de s’en ronger les doigts tant qu’oms chercherait sa fille. Car s’il est aisé de retrouver Domnall par ses possessions et ses nombreuses flottes, trouver un seul bâtiment en mer équivaut à chercher une aiguille dans un tas de foin. Le malin avait aussi pris précaution de traverser les iles pour aller naviguer dans les eaux chaudes du sud.
Les jours défilèrent alors, Ciaràn était esclave, briquait le pont jusqu’à s’en abimer les mains et retirait les crustacés de la coque durant ces nuits où ils mouillaient à port. Lorsqu’elle n’obéissait pas, elle était maltraitée, torturée,  privée de nourriture pendant de longs jours. L’équipage s’amusait à lui couper les mèches de ses cheveux, si bien qu’en quelques semaines elle s’était retrouvée qu’avec que quelques centimètres de racines. Ses robes de princesse étaient désormais des guenilles raccommodées avec des bouts de tissus de voiles épais et qui irritaient sa peau. On l’appelait « chienne », « gueuse », « pouilleuse », et le temps passant Ciaràn n’oubliait cependant pas qui il était. Elle avait toujours nourri l’espoir que son père réussirait à la sortir de là. Le capitaine n’avait de cesse de lui rappeler que de toute façon, elle n’aurait pas le temps d’adresser le moindre mot à son père tout en lui détaillant de quelle manière il allait la tuer. Ca changeait selon ses humeurs, mais ses menaces avaient fini par ne plus rien signifier à ses oreilles.
5 ans plus tard, ils avaient dû faire face à l’évidence et la gêne qu’engendrait le fait d’avoir une fille à bord qui allait entamer sa transformation de femme. La course avait assez durée, il avait décidé de se montrer en plein jour et comme il s’y attendait Domnall avait fini par se pointer.

Malheureusement ou heureusement selon le point de vue, les choses ne se passèrent pas comme prévues. Car dans son arrogance il avait cru bon de faire un petit discours menaçant à Domnall alors que pendant ce temps là, la gamine avait pris la fuite. Accrochant ses petites mains à un cordage, elle s’était laissée glisser jusqu’au navire de son père. D’un point de vue extérieur, la scène avait tout de comique, car lorsqu’il ordonna que l’on amène la prisonnière, celle-ci était déjà dans les bras de son père en train de le narguer. Cinq ans d’enlèvement pour rien, il en fut tellement abasourdi qu’il omit de réagir lorsque les premiers coups de canons trouèrent son navire. Le combat fut court mais sévère, la colère de Domnall s’était abattue sur le navire avec férocité, coulant le navire au bout de quelques minutes. Ciaràn avait retrouvé son père, et il ne comptait plus la laisser nulle part sans lui. Il lui appris alors à manier l’épée, à naviguer et à comprendre le mode de vie des pirates d’une autre point de vue que l’esclave qu’elle avait été. Il lui enseigna bon nombre de choses, qui l’aida à grandir sans plus de traumatismes de ces événements et avait fini par y prendre gout.

Ciaràn avait fini sa croissance en observant son père, en écoutant ses sages conseils alors qu’il lui transmettait ses motivations de vivre en étant impitoyable. Es récits étaient d’hors et déjà bien plus violents en faits, sa fille avait fini par s’endurcir et se trouvait être une élève modèle dans tous les domaines. Un bel avenir s’ouvrait à elle, il était fier et la fit quartier maitre de son navire lorsqu’il jugea qu’elle avait fini son apprentissage et qu’elle avait gagné en autorité et en influence auprès de l’équipage. Ce n’est pas qu’on la craignait, mais elle troublait bon nombre de marins. Si Ciaràn se montrait sympathique, elle n’en était pas plus violente combattante. Elle avait fini par se nourrir des désordres, ayant toujours hâte de piller des navires dans le but de nettoyer le pont en tuant tout ceux qui se mettaient en travers de son chemin. Le pouvoir est un don empoisonné, aussitôt qu’elle avait fini par être redoutable, il était difficile de l’arrêter. Les quelques années qui suivirent fut riches en prises mais Domnall persistait à demeurer hors la loi alors que Ciaràn voyait de belles opportunités pour eux s’ils se lançaient dans les marchandises.
Lorsque Domnall décida que sa fille avait les épaules assez larges, il la nomma capitaine d’une galère. Cette dernière n’avait pas un gros statut dans la flotte de son père mais c’était la meilleure école pour elle car son objectif était de la rendre redoutable. Ainsi elle ne passait plus ses jours aux côtés de son père, mais avec son propre équipage. Etre responsable d’un navire relevait de nombreuses responsabilités, que ce soi en nourriture, en munition, gérer les conflits, les combat, et faire en sorte que jamais l’équipage n’ait envie de mener de mutinerie. Ciaràn se montra bon capitaine, respectée et appréciée malgré des débuts difficiles. Capitaine sévère mais juste, quoi qu’il en soit cela payait puisque sa galère monta rapidement en grade et en importance. Celle-ci rapportait un bon pourcentage de la richesse de la flotte au complet et elle aida à apporter de nouveaux navires. Leur empire marin s’étendait, Ciaràn avait toujours tout ce qu’elle désirait et s’obstinait à tenir toutes ses promesses quoi qu’il en coute. L’élan dans lequel ils étaient entrainés les poussa à prévoir le pillage d’un gros cargo en provenance de Port-Réal.  Bien plus féroce, bien plus armé, mais à deux ils avaient de quoi en venir à bout à condition qu’ils arrivent à tenir le rythme.

Lorsque le jour J arriva, ils étaient fin prêts et approchèrent le navire de chaque bord. La batille fut longue et difficile. Les mats étaient solides et ils ne parvenaient pas à les faire tomber pour immobiliser le navire. Pourtant les canons n’avaient de cesse de gronder, résonnant jusque dans les abysses. Le temps leur avait été favorable, le vent soufflait suffisamment pour que les navires glissent sur les rouleaux de l’océan avec facilité. Le cargo était trop lourd pour faire les même prouesses, gras et lent en revanche il en avait bien dans le coffre pour leur tenir tête. Domnall fut le premier à réussir à approcher leur cible, alors que Ciaràn manœuvrait, hurlant ses directives à travers le vent, elle entendit les bruits sourds des canons de leur proie retentir contre le navire de son père. Ces derniers touchèrent la réserve de poudre qui prit flamme et embrasa la coque. Alors qu’ils migrèrent sur le navire ennemi pour entamer les hostilités, Ciaràn dû faire taire ses canons pour éviter de faire des blessés inutiles alors que les pirates menaient bataille sur le navire. Elle laissa la barre à son quartier maitre et s’élança à son tour sur le pont.

Son père fut tué sauvagement par le capitaine du navire, sous ses yeux ahuris. Malgré la lame transperçant son torse, Domnall ne lâchait pas sa fille ses yeux, fier d’elle mais désolé de la laisser en cours de chemin. Le bruit autour, les cris des pirates, du fer croisant dans la bataille n’étaient plus que des bourdonnements désagréables. Il tomba, mort rejeté à la mer. Ciaràn ordonna le retrait, sabotant les cordages de manœuvre du navire avant de regagner le sien. Ils prirent la fuite, le navire endommagé se remplissait d’eau depuis le fond de la coque et ils s’échouèrent sur les côtes nord d’Essos. La galère tombait en mile morceau lorsqu’on la tira sur la plage. La pirate n’aida pas et s’enfonça dans la foret à la recherche d’apaisement. Malgré l’isolement, ses oreilles semblaient siffler entre du combat mené, elle alla là où ses pieds l’avaient guidée et se laissa tomber à genoux vaincue par la tristesse et la douleur. Elle était orpheline de capitaine, de mentor et de père. Lui qui avait toujours fait en sorte de lui assurer une bonne place, qui lui était indispensable, elle ignorait de quoi son destin serait fait maintenant. Elle savait qu’il avait souhaité qu’elle prenne la relève mais après cette perte elle n’était pas sure de vouloir continuer s’il n’était pas avec elle. Pleurant à chaudes larmes pendant de longues heures, elle craignait de ne pas être à la hauteur. Se faire respecter en l’ayant pour appui n’était pas difficile, elle avait peur de se dégonfler en sachant qu’il n’y avait plus rien au dessus d’elle. Et alors, elle se souvint avec quelle force il l’avait vengée. Dès cet instant, elle souhaitait le remercier, faire la même chose pour lui et le venger.

Ciaràn se releva, plus motivée que jamais, avec son père, une parcelle d’elle s’en était allée. Elle marchait désormais avec toute la détermination qu’il lui avait transmise et retrouva son équipage sur la rive en train de redresser la galère. Un pirate se présenta à elle, et lui annonça dans toute son arrogance qu’elle serait vendue comme esclave à Lys et qu’il était désormais seul commandant de la flotte. Elle lui répondit en plantant un poignard dans son ventre, découpa sa peau avec précision avant d’enfoncer sa main dans l’entaille et d’en sortir ses intestins. Elle les lui fourra dans la bouche et le laissa agoniser jusqu’à ce que mort s’en suive. Personne n’en rajouta et ils la suivirent tous en lui jurant allégeance alors qu’ils reprenaient le large. En annonçant le cap, elle fut traitée de folle, beaucoup avaient déjà regretté de vouloir la suivre alors qu’elle se mettait en chasse du cargo avec la ferme intention d’en venir à bout. Il ne leur fallut que quelques heures pour retrouver sa trace. Le cargo n’avait pas eu le temps de se remettre de la bataille qu’il se faisait de nouveau assaillir. Les canons tonnèrent de nouveau, dans la nuit semblables à des éclairs, les flashs aveuglants échangés frénétiquement furent seuls indicateurs du combat qui fut pourtant dans plus sanguinaires. Ciaràn avait été clair : ils ne feraient pas de prisonniers. Alors elle retrouva ce fameux capitaine et entama un violent duel. Mais la rage qu’elle éprouvait n’avait d’égal, elle lui trancha lentement la gorge et le laissa se noyer minablement dans son propre sang.
Ciaràn décréta que le galion était sous son commandement après s’être dessiné des peintures de guerre sur son visage avec le sang de sa victime comme un renouveau. Une nouvelle ère s’offrait à eux, elle ramena le galion à Braavos où étaient leur point de ralliage et fit convoquer tous les capitaines pirates de la flotte de son père. Tous furent d’accord pour rester sous son commandement alors que l’on racontait déjà ses exploits. Mais malgré ces bonnes nouvelles, quelque chose en elle était mort. Son visage était marqué de colère, de fatigue et pourtant elle continuait de se battre.

Les années qui suivirent, elle menait ses affaires d’une main de maitre et allait même plus loin que son père. Chaque navire fut entièrement restauré, et leur permirent d’en acquérir d’autres. Ses navires écumaient les mers enchainant les commerces douteux, les pillages et autres faits qui leur apportaient des bénéfices et permettait à leur influence de s’étendre. Cependant Ciaràn passait moins de temps en mer après avoir remis en jeu ses navires. Elle parti alors en quête d’un autre but, découvrit d’autres ilots et se fit ses propres cartes. La pirate s’aventurait dans les terres à la recherche de savoirs tout comme il lui arrivait de rendre des services en tant que mercenaire et de chasseuse de tête. Ses talents de pisteuse et de tueuse discrète étaient appréciés malgré que souvent elle ait droit à des remarques misogynes. Ciaràn est allée jusqu’aux Iles de Fer où elle fut bien accueillie et où elle apprit leurs savoir faire en matière de navigation - Une expérience enrichissante qui lui fut très utile alors qu’en mer elle se montra très vite plus agressive et plus efficace.

Il lui arrive aussi de trainer discrètement les rues à Port-Réal où dans les ports riches où elle se renseigne et fouine sur les cargos importants. Depuis lors, sa flotte compte 6 navires de plus, féroces et aux capitaines aussi sanguinaires et ambitieux qu’elle. Quoi qu’il en soit, ainsi tourne sa vie, elle vole au dessus des problèmes concernant les terres et les royaumes tel un charognard, attendant le bon moment pour s’occuper des carcasses.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage:
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 15 ans
Maison/Rang : Tyrell/ Noble
Allégeance : Tyrell
Missives : 348
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 11:34
Bienvenuuuuue Ciarán!

Je suis impatiente de voir quelles idées notre fou-fou de Kazan t'as inspiré héhé ♥
Bonne continuation pour ta fiche que j'ai hâte de lire, car je ne sais pas pourquoi, mais ton avatar me fait penser à une Fer-née. Surprise!

_________________
« You came back »
« I always will »
A la rosée du matin, les derniers flocons de l’interminable
Hiver réveillèrent la première fleur du tant attendu Eté.

Mes Awards♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage: If only... ~
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Maison/Rang : Moineau
Allégeance : Lannister
Missives : 1560
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 11:52
Tu vas voir le fou-fou de Kazan ce qu'il va te faire *meurs loin*

OMYFUCKINGOD LEXA THE QUEEN
C'est plus que réussi pour la badassitude / cutitude

I love you so much Bon courage, cookie framboise choco

_________________

Je suis complètement fan °-° Merci ma Mouette ♥ 2.0:
 

I AM THE TRUE KING:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 12:01
Merciiiiiii ♥
jai hâte de terminer cette fiche et partir à l'aventure avec vous
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage:
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Maison/Rang : Reine Régente - Lannister
Missives : 1173
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 13:38
Bienvenue parmi nous belle Ciaràn, j'ai vraiment hâte de lire ton histoire car ton perso m'intrigue beaucoup *-* Bon courage pour cette fin de fiche et si tu as des questions n'hésite pas !

_________________
Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage: Pour bientôt ?
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 20 ans
Maison/Rang : Maison Hardyng, chevalier
Allégeance : Arryn
Missives : 142
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 15:44
Bienvenuuuuuuuuuuuu !

J'aime beaucoup le pseudo !
J'ai déjà hâte de lire ta fiche, bonne chance pour elle !
J'espère que tu te plairas ici !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 15:49
Merci vous deux
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage:
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Maison/Rang : Reine Régente - Lannister
Missives : 1173
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 19:39
Bienvenue Capitaine ;) Ce personnage va te permettre d'acquérir plein de mobilité sur le forum donc j'ai hâte de le voir en jeu !


Bienvenue parmi nous !
«You will win or die »



Ciaràn
Tu es désormais validé


Félicitation ! Tu as réussi l'épreuve ultime : la présentation. Soit la bienvenue officiellement à Westeros. Afin que ton rôle ne soit pas piqué par un gueux, passe au bottin te recenser. Mais ce n'est pas terminé, car il te faut également  chercher des alliances avec les autres membres du forum. Ainsi que dans un soucis de chronologie, consigner tes périphéties  Sous-Neuf Rejoins nous également sur la CB ou dans le flood avant ou après avoir RP    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 19:46
Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! *bisouille Cersei* ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage:
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Just a broken thing
Age : 21
Maison/Rang : Lady/Stark
Missives : 712
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 22:32
OMG, ALYYYYYYCIIIIIIIIIIIIIIIAAAAAAAAAAAAA

Bon, j'ai pas encore lu ta fiche (pour le moment), mais je crois que tu m'as convaincue juste avec ton choix de vava

BIENVENUE ♥

_________________
❝ My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel. ❞
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high Jeu 29 Oct - 22:33
gnooouw
Merciii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ciarán ~ hoist the colours high
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán ~ hoist the colours high
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aiden ♦ Yo, ho, haul together, hoist the colors high. Heave ho, thieves and beggars, never shall we die.
» Hoist the Colours [Kraken]
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Jeu de pirates : Legend of the high seas ?
» A cold sweat high-headed believer ∞ 01/02 - 08:43

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A CROWN OF FIRE  :: 
 :: 
Rescensement des civils
 :: 
Recalés en Enfer
-
Sauter vers: